Le Grand Défi, et après ? 
L'opération ne sera pas sans lendemains.

Des initiatives des documentalistes des différentes institutions permettent de pérenniser la démarche et d'en améliorer les méthodes, dont les secrets vous sont révélés ici :

  • Pour diffuser publiquement plus de publications et plus rapidement, des alertes permettant de récupérer les post-prints directement sur les sites éditeurs ont été mises en place. C'est en tout cas possible sur Science Direct, grâce à une alerte  “PDF file of an unedited manuscript”);

L'opération "Grand défi" a donc été un véritable succès à tous points de vue :

  • précédant l'open access week 2015, le grand défi a donné une grande visibilité à l'ensemble des événements qui étaient organisés à cette occasion. L'information a été relayée au niveau des établissements, auprès des chercheurs et de l'ensemble de la communauté universitaire par affiches, mailings, réseaux sociaux et informations officielles.

A l'occasion de l'Open access week 2015 en octobre dernier, un grand défi a été lancé à l'ensemble de la communauté universitaire et de recherche de Montpellier.
Le principe pour les chercheurs : être volontaire pour faire analyser le taux "d'openaccessibilité" de ses publications en envoyant une liste à l'équipe de documentalistes du Grand défi (universités de Montpellier, IRD, Supagro), et mettre en ligne sur Hal les fichiers qui pouvaient être déposés en toute conformité avec la politique des éditeurs.

Avez-vous une idée des prix payés pour le contenu des revues et bases de données auxquelles étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs accèdent grâce aux services mis en place par les bibliothèques ?

Il ne s'agit pas ici d'entrer dans la polémique sur le scandale de l'édition scientifique, non, mais simplement de livrer quelques chiffres bruts, concernant les abonnements payés en 2013 pour les universités montpelliéraines, afin que chacun puisse ensuite se faire son opinion :

Les Presses universitaires de la Méditerranée (Pulm) dépendent du Conseil scientifique de l'Université Paul-Valéry Montpellier. Elles éditent sept revues et publient chaque année en moyenne trente-cinq ouvrages dans les domaines de LSHS. Dominique Triaire, professeur de littérature française et directeur des Presses Universitaires de la Méditerranée a bien voulu répondre à nos questions.

Membres

footer um footer upvm3 footer unimes footer UPVD footer CNRS agropolis international maison des sciences de l'homme sud biu montpellier

 

Financeurs

logo comue logo region