Le programme de recherche-action NumeRev, qui a pour finalité pratique de développer un portail de ressources numériques interdisciplinaire, a débuté en juin 2016, soutenu par la MSH SUD de Montpellier. Depuis, grâce aux apports de chercheurs issus de toutes disciplines, l’équipe a abordé divers aspects du programme, lesquels l’ont tout particulièrement interpellée sur les difficultés inhérentes à la pratique de l’interdisciplinarité. Un point en particulier s’est progressivement affirmé comme un des nœuds consubstantiels à l’élaboration d’un projet interdisciplinaire : les problématiques liées aux “vocables” encadrant les activités, les pratiques et la culture des différentes communautés de chercheurs.

A travers le projet NumeRev, l’idée sous-tendue est en effet que, pour faire dialoguer les disciplines entre elles, il est nécessaire d’identifier les objets de recherche partagés et, ce faisant, de s’accorder sur un vocable ou tout au moins de définir des passerelles terminologiques communes. L’ambition du portail NumeRev étant de développer un système de gestion des connaissances interdisciplinaires favorisant l’intellection scientifique, comment concevoir cet outil qui vise à encourager les échanges de savoirs, le consensus ou la controverse à partir de contenus hétérogènes non initialement conçus pour dialoguer ? C’est là tout l’enjeu de ce colloque, co-organisé par la MSH SUD et le LERASS-CERIC, avec le soutien de la Région Occitanie : quels pourraient être ces « connecteurs interdisciplinaires », en tant que supports de coordination et d’intégration des savoirs et des pratiques ?

Depuis décembre 2016, la bibliothèque numérique ESTUDI donne accès à des collections patrimoniales conservées majoritairement à la BU de Perpignan mais issues aussi de collections particulières et publiques. 

Elle propose au feuilletage et au téléchargement des manuscrits, imprimés, photographies, cartes organisés en collections : Histoire de l’Université, Archives Charles Grando et langue catalane, Fonds mexicain (et bientôt Retirada et Jean Soler). Pour les ouvrages imprimés avec lesquels le traitement par reconnaissance de caractères a été possible, elle permet de faire des recherches plein texte. Construite avec le logiciel libre Omeka, ESTUDI possède un entrepôt OAI-PMH qui lui permet d’être moissonnée par d’autres plateformes (Isidore actuellement et bientôt Gallica, Palanca…).

L’UM a ouvert il y a tout juste un an son portail au sein de la plateforme nationale d’archives ouvertes HAL (Hyper article en ligne).

Une initiative qui donne un accès ouvert à près de 13 000 publications scientifiques en texte intégral, et 38.000 références !

Contribuer à la diffusion des connaissances

L’Université de Montpellier a décidé en 2017 de rejoindre HAL pour promouvoir la visibilité de ses travaux mais aussi contribuer à la diffusion des connaissances, aux échanges scientifiques et à l’interdisciplinarité.

Constatant le manque de visibilité des publications scientifiques en LSHS, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 s’est dotée en 2011 d’une base locale recensant la production scientifique des chercheurs de son université. Les chercheurs signalent eux-mêmes leurs publications dans la base, et les bibliothécaires contrôlent et valident les métadonnées. Depuis 2011, ce sont ainsi plus de 18 000 notices qui ont été entrées dans cette base, hébergée sur le site de la Bibliothèque Interuniversitaire de Montpellier : http://www.biu-montpellier.fr (onglet Rechercher > Publications scientifiques UPVM3).

Membres

footer um footer upvm3 footer unimes footer UPVD footer CNRS agropolis international maison des sciences de l'homme sud biu montpellier

 

Financeurs

logo comue logo region